Vous aussi vous vous demandiez pourquoi tous ces petits drapeaux autour des pagodes depuis quelques jours? Voici la réponse....

Bouddhisme : pour former les valeurs traditionnelles

VesakIntroduit au Vietnam grâce aux échanges culturels survenus il y a près de 2.000 ans, le bouddhisme, avec d'autres religions, continue de contribuer aux valeurs culturelles traditionnelles du pays.

Les pagodes de toutes tailles que l'on trouve des petits hameaux jusqu'aux grandes villes constituent un des beaux traits culturels du Vietnam. Les pagodes Dâu, Môt Côt (pilier unique), Mia, Cô Lê, Tram Gian, les tours Phô Minh et Binh Son, sont non seulement des vestiges historiques mais aussi la fierté de la culture vietnamienne.

Avec la doctrine du nirvana, le bouddhisme entre dans la vie spirituelle de la plupart des Vietnamiens et les oriente vers le respect des normes morales dans leurs actes.

Dans le mouvement révolutionnaire, sous la direction du Parti communiste du Vietnam, les bouddhistes ont toujours été près des combattants dans la lutte pour l'indépendance nationale. Depuis 1981, avec la naissance de l'Église bouddhique du Vietnam (EBV), le bouddhisme est devenu une partie intégrale du grand bloc d'union nationale. Avec pour maxime "Dharma, nation et socialisme", l'EBV a grandement contribué à l'œuvre d'édification et de défense nationales, valorisant continuellement le patriotisme traditionnel.

Considérant les religions comme un "besoin spirituel d'une partie de la population", le Parti et l'État appliquent une politique de liberté religieuse permettant aux croyants de pratiquer leur croyance. Le bouddhisme favorise ainsi la poursuite d'activités efficaces. Des pagodes sont réhabilitées ou construites dans l'ensemble du pays, et plusieurs centres de formation de bonzes et bonzesses sont nés. Désormais, le pays compte 4 instituts bouddhiques, 6 écoles de hautes études, 31 écoles secondaires ainsi que des centaines d'écoles bouddhiques. En quelques années, environ 200 docteurs et agrégés en bouddhisme ont suivi des formations à l'étranger, sans compter des dizaines de milliers de diplômés des cours post-universitaires.

Certaines fêtes du bouddhisme sont devenues des fêtes culturelles pour tous les habitants. En réalité, vénérables, bonzes, bonzesses et bouddhistes participent activement à l'oeuvre d'édification nationale, ce qui améliore la position de l'EBV dans la région comme dans le monde. C'est aussi la raison pour laquelle le Vietnam a été choisi par l'Organisation des Nations unies pour le Vesak 2008, une fête culturelle religieuse mondiale qui voit la participation de 80 délégations de pays et territoires différents.

Pour l'heure, compte tenu d'une conjoncture mondiale complexe et face aux réalisations de l'oeuvre de Dôi moi (Renouveau) du pays, des forces hostiles cherchent à profiter des activités religieuses pour tenter de remettre en cause la stabilité sociale. Le développement durable du pays exige ainsi aux croyants, en général, et aux bouddhistes, en particulier, de rester vigilants devant les complots des forces hostiles. Aller de pair avec la nation, conserver son rôle de membre du grand bloc d'union nationale, participer activement au développement socioéconomique, c'est la manière efficace que l'EBV prend pour exploiter ses valeurs en cette phase de Dôi moi, d'édification et de défense nationales.

Giang Ngân/CVN
(15/05/2008)

Source : Le courrier du Vietnam